JACQUI BELL - Plus jeune personne au monde à avoir couru un ultra marathon sur chaque continent

JACQUI BELL - Plus jeune personne au monde à avoir couru un ultra marathon sur chaque continent

A seulement 25 ans Jacqui Bell est aujourd’hui la plus jeune personne au monde à avoir couru un Ultra Marathon sur chacun des 7 continents. Nous l’avons rencontré il y a un an et commencé à travailler ensemble, elle est incroyablement inspirante et nous sommes persuadés que son histoire est faite pour être partagée !

  • Comment et pourquoi as-tu commencé à courir ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé courir, pas seulement pour le fitness mais aussi pour le plaisir. A l’école j’aimais beaucoup l’esprit de franche camaraderie d’e m’entrainer en faisant du cross-country avec mes amis, principalement pour papoter. Puis j’ai grandi et j’ai commencé à courir lors de mes voyages, je voyais ça comme un moyen de découvrir plusieurs endroits tout en restant en forme, j’avais juste besoin d’enfiler mes baskets et mettre les pieds dehors. Donc je suppose qu’on peut dire que courir a toujours fait partie de ma vie.

Je travaille aussi depuis plus de 6 ans comme entraineur fitness et je pousse mes clients à se fixer un objectif comme courir 5 kilomètres ou un semi-marathon pour se challenger sur de la performance plutôt que sur un but esthétique. Je m’entraine avec eux pour leur évènement. Puis au fur et à mesure j’ai commencé à courir des distances de plus en plus longues. Je me souviens avoir pris part à un 50km sur route quand j’avais tout juste 20 ans et avoir adoré ça ! Ce sentiment d’après course, je n’ai pas trouvé mieux.

Malheureusement quand j’ai eu 21 ans j’ai eu un souci de santé, je me suis brisé quelques os, mes amygdales retirées et d’autres soucis qui m’ont fait prendre une mauvaise direction.

C’est lorsque j’ai vraiment touché le fond que je me suis dirigée vers la course à pied comme un dernier moyen de me remettre dans le droit chemin. Je savais que si je ne me reprenais pas en main sérieusement, je ne sortirai pas de cette spirale.

  • Pourquoi avoir continué à courir ?

Il y a 3 ans, à mes 22 ans donc, j’ai su que je devais initier un grand changement dans ma vie. C’est à ce moment que j’ai décidé que la course à pied serait la solution pour me sortir de là où j’étais.

Tout a commencé après le visionnage d’une vidéo d’Andrew Papadopoulos qui a réussi une course à étapes à travers le Simpson Désert en Australie. Je ne connaissais pas Andrew à ce moment là mais le voir courir ces 250km dans un désert les plus chauds du monde a déclenché quelque chose en moi.

C’est là que j’ai décidé de courir ma première course déserte serait mon grand objectif et j’ai eu 8 mois pour me préparer, m’entrainer et m’équiper. Quand j’ai commencé à me renseigner sur les ultra-marathons, j’ai réalisé que ce sport était bien plus important que ce que j’avais imaginé. J’ai décidé de courir les 4 ultra marathons du désert qui sont considérés comme les courses les plus dures au monde. La partie la plus difficile de mon challenge a été de dire à mes parents, à tout juste 22 ans que j’allais courir 250 kilomètres à travers les déserts les plus chauds, venteux, asséchés et froids du monde haha ! Voilà ce qui a été mon premier obstacle ! Tout cela était en Aout 2017 … Depuis je n’ai pas regardé en arrière …

  • Qu’est ce que le sport t’apporte dans ton quotidien ?

Le sport me permet de travailler sur le pilier physique de ma santé, ce qui me permet par la suite de travailler sur mes autres piliers – ma santé émotionnelle, mentale et mon bien être social.  Bouger mon corps chaque jour me pousse à affronter chaque jour qui passe et ce toutes les épreuves qui se dressent sur mon chemin. Lorsque l’on court un Ultra les émotions sont décuplées et chaque décision est prise sous la pression, ces situations vous font voir qui vous êtes vraiment.

Jacqui bell athlete RaidLight Victory alps 2 ocean

  • Qu’est ce que cela veut dire « être une femme » dans ton sport ?

J’aime courir des ultras et je le fais parce que cela fait ressortir la meilleure version de moi-même. J’espère qu’en suivant mes rêves à travers mon sport et en dehors, cela puisse inspirer des générations de jeunes filles à aller vers des choses qui peut être ne sont pas « dans la norme » et de se fixer des buts grands et audacieux à atteindre. J’aime encore plus voir des femmes sur des Ultras, quand j’ai commencé l’écart entre le pourcentage de femmes vs hommes athlètes était important. Après seulement quelques années, la différence commence à se réduire. Les hommes que j’ai rencontré sur ces courses semblent toujours avoir un grand respect pour ces femmes « badass » qui elles aussi, font face à ces courses.

  • As-tu senti une différence dans le fait d’être une femme dans le sport ?

C’est sur qu’il y a un sentiment de surprise/choc de la part des gens et beaucoup de questions, comment suis-je capable d’assumer mon travail à plein temps et je suppose que c’est lié aux attentes sur ce qu’une fille de 25 ans devrait faire au quotidien. Je pense qu’au plus je tend vers cette direction qui est loin de travailler « normalement » avec un 9h-17h au plus je soulève des questions : Comment ? Et il n’y a pas vraiment de secret ni de réponse autre que travailler dur et aimer ce que tu fais au point de faire en sorte que mon travail aille de paire avec ma passion pour faire des compétitions autour du monde.

Jacqui bell kanab trailrunning

  • Pourquoi RaidLight  ?

Les produits RaidLight sont sans cesse améliorés et c’est ce que je recherche ! Ils sont très légers ce qui est primordial pour moi lorsque je cours des trails ou des ultras. Ça fait plus de 3 ans que je porte du RaidLight, des sacs au hauts, de la très bonne qualité.

  • Quel est ton produit favori ?

Ma veste hyperlight, imperméable et coupe-vent. Elle est extrêmement légère, parfaite pour les courses à étapes lorsque je dois tout porter sur mon dos. J’adore aussi mon sac Responsiv 24L dans lequel je peux mettre tout ce dont j’ai besoin pour une semaine de course, ce qui est assez incroyable.

  • Est-ce qu’il y a une femme en particulier qui t’as inspiré à accomplir tes rêves ?

Jamie, une très bonne amie, m’inspire chaque jour, elle n’est pas une athlète professionnelle ou même une coureuse mais son éthique de travail, passion pour tout ce qu’elle fait résonne en moi. Peu importe ce qu’elle fasse, elle se donne à 100% et s’assure que ce soit très bien fait. Elle ne se laisse pas intimider par les personnes avec lesquelles elle travaille – peu importe qu’ils aient le double de son âge, plus d’expérience ou plus de pouvoir, elle fera toujours de son mieux pour remplir la tâche qui lui ai confié. J’essaye de toujours me rappeler de cela quand je cours – peu importe face à qui, si je donne mon maximum, c’est tout ce que j’attend de moi, et si dans la foulée je gagne ce n’est que du bonus, et si je ne gagne pas, c’est simplement que quelqu’un a mieux couru que moi cette journée.

  • Quel a été ton plus grand challenge ?

Mon plus grand challenge a été de me confronter à moi-même chaque jour qui passe car je suis persuadée que nous sommes notre plus grand obstacle dans la vie. Il y a quelques années, j'ai pris le temps de réfléchir vous savez c’est comme si je savais que je me trouvais dans une situation terrible et que quelque chose devait changer. J'avais besoin d'être réaliste avec moi-même, de me regarder longuement dans le miroir et d'affronter la raison pour laquelle je suis si malheureuse.

Aujourd'hui, j'aime encore me demander de temps en temps où j'en suis, car il est très facile de se laisser prendre au jeu du monde dans lequel nous vivons et de perdre la notion du temps. Lorsque je commence à balayer les problèmes et à les éviter, c'est alors que je craque en course et dans ma vie de tous les jours.